Créer un site internet

Qu'est ce que la peur ?

Skljdgbjlg

 

Fsljg

Sans

Tout d'abord, pour comprendre d'où vient la peur, il faut comprendre le fonctionnement de base du cerveau.

La peur est certainement l'une des émotions les plus anciennes du règne animal. Elle est l'émotion qui nous permet d'assurer notre survie dans notre environnement lorsque nous sommes confrontés à un danger. Elle peut prendre des formes diverses dans notre organisme et est à l'origine d'une collection d'effets physiologiques. 

 

La peur est avant tout un mécanisme de défense. Elle est ce qu'on appelle une émotion d'anticipation, elle informe notre corps d'un danger potentiel, réel ou non. La peur est un sentiment d'angoisse désagréable pourtant indispensable à notre survie.

Elle est le résultat d'un stimulus extérieur qui peur être visuelle, auditif etc...

Biologiquement parlant c'est un schéma adaptatif qui permet à l'individu de répondre efficacement et rapidement face à la situation dans laquelle il se trouve.

Neurologiquement c'est une forme d'expression du cerveau primitif des êtres vivants avec l'activation de l'amygdale, située dans le lobe temporal .Des chercheurs ont ainsi prouvé que l'amygdale était hyperactive lorsque l'individu se retrouvait face à une situation effrayante ou un visage menaçant.

 

La peur est classée en deux catégories : Peur externe et peur interne.

  • La peur externe, comme son nom l'indique, est une peur engendrée par un stimulus extérieur à l'individu (peur des chiens, des serpents, ...)

  • La peur interne elle, est plus subjective, c'est une peur intérieure souvent connectée à une émotion négative (sous estime de soi)

 Dans la cadre de notre TPE, nous parlerons en priorité de la peur externe car les systèmes qu'elle implique sont plus "scientifiques" que la peur interne.

 

 

Skvn

En 2006 lors d'une étude à Colombia University à New York aux Etats-Unis des chercheurs ont démontré que lorsque le stimulus qui provoque la peur était explicite (chien menaçant, individu effrayant...) la réaction des amygdales était moins forte que lorsque le stimulus était implicite (bruit suspect dans le noir...). Ils ont ainsi découvert qu'une région du lobe frontal appelée cortex cingulaire rostral freine l'activité des amygdales pour permettre à l'individu un contrôle émotionnel sur la situation.

D'autres études (dont on ne connait pas exactement la provenance car n'étant pas citée dans les documents utilisés pour les recherches) ont prouvé que la peur prenait différentes proportions selon le contexte. Par exemple, la peur du serpent sera différente selon qu'on le voit dans une animalerie où il nous effraiera moins ou que l'on se retrouve nez à nez avec un serpent en pleine nature pendant une randonnée.

De plus, si vous avez déjà été mordu par le chien de votre voisin par exemple, et bien vous risquez probablement d'être craintif et de ne pas être rassuré à  chaque fois que vous aurez besoin d'aller sur son terrain, et ainsi de manière inconsciente, les arbres, la maison et la cloture de votre voisin auront simplement était associée à la douloureuse morsure de ce gros rottweiler. 

Ce système de peur conditionnée est un phénomène d'association de situation qui s'initie très rapidement dans le cerveau et qui est très difficile à résorber. C'est une alliance très solide et peu sensible à l'oubli.

Le conditionnement de la peur est influé principalement par l'hippocampe car cette région du cerveau est responsable de la remémoration des souvenirs. Grâce à cette dernière, notre peur peut être conditionnée, enregistrée après une première confrontation à une situation dangereuse ce qui nous permettra à l'avenir de réagir de la meilleure façon dans la même situation.