Expérience

Lgns

Afin de montrer que la fréquence cardiaque et le volume d'éjections systoliques sont augmentés lors d'une frayeur, nous avons effectué une expérience. Nous avons placé Cloé sous électrocardiogramme (ECG) afin d'enregistrer sa fréquence cardiaque. Nous avons également pu faire une échocardiographie afin de mesurer le volume d'éjections systoliques. Premièrement nous avons fait un ECG dans un « état normal ». Voici nos résultats :

001

Nous pouvons observer que le rythme est régulier. La fréquence cardiaque est de 64 battements par minutes. 

Le volume d'éjections systoliques au repos était de 71ml par battements.

Dans un second temps, nous avons fait visionner à notre sujet une vidéo effrayante et surprenante. Une fois que le sujet a eu peur, voilà ce que nous avons enregistré:

001

On observe que la fréquence cardiaque a augmenté passant de 64 battements pas minutes à 103 battements par minutes en état stress. La peur augmente donc la fréquence cardiaque. De plus le sujet a sursauté lorsqu'il a eu peur, ce qui explique que les courbes sont irrégulières. Le volume d'éjections systoliques est passé lui de 71ml par battement à 112ml par battement.

Les données recueillis nous ont permis de calculer le débit cardiaque en état normal et en état de stress. Le débit cardiaque est égal au produit de la fréquence cardiaque et du volume d'éjections systoliques:

            • Etat normal

                                            FC=64 batts/min                                  VES=71ml/batts soit 0.071L/batts

              DC= 64x0.071= 4.544L/min

 

             • Etat de stress

                                                FC=103 batts/min                                 VES=112ml/batts soit 0.112L/batts

               DC=103x0.112=11.536L/min

On observe que la peur augmente la fréquence cardiaque, le volume d'éjections systoliques et donc par la même occasion le débit cardiaque.

Afin de mettre en évidence le rôle de l'adrénaline sur coeur, nous allons disséquer une huitre et lui injecter une dose d'adrénaline ensuite nous pourrons relever les résulats et en faire ainsi une interprétation.

Matériel

• Plusieurs huîtres

• Un couteau à huitres

• Un kit de dissection

• Un bac à dissection

• Un chronomètre

• Une loupe

• De l'épinéphrine (substitue d'adrénaline) diluée à 

• Une seringue

Protocole

• Ouvrir une huître à l'aide d'un couteau à huître. Degager le passage jusqu'a son coeur si neccessaire. Chronomètrer le nombre de battements de son coeur  l'état normal.

• Une fois la mesure prise, injecter la dose d'épinéphrine delicatement prés du coeur de l'huître. Chronomètrer le nombre de battements de son coeur aprés injection

Maintenant que les mesures sont prises il ne nous reste plus qu'à les comparer. Nous vous laisserons découvrir tout cela lors de notre passage à l'oral.